Pieter Brueghel Ronde Danse arbre Participation

« J’y vais ou j’y vais pas? »… à la Biodanza ;-)


La société du non-engagement

La Biodanza est révolutionnaire, en ce sens qu’elle nous exhorte à remettre la vie au centre de notre existence, au cœur de nous. Elle nous dit « Plonge aux racines de ta vitalité, de ton désir, de ta créativité, et bois à la source vive en partageant ton eau avec tes frères et sœurs d’humanité ». La Biodanza nous demande de quitter les eaux tièdes du conformisme, de nos petites vies bien rangées, et vient nous déranger dans nos certitudes et nos croyances limitantes.

Pieter Brueghel Ronde Danse arbre engagementOui, la Biodanza nous appelle à nous engager pour nous-mêmes, pour sauver la vie et l’amour  en nous et autour de nous (coucou Balavoine ;-). Sans cet engagement, nous institutionnalisons l’inertie et prenons racine dans notre zone de confort, qui tôt ou tard se révèle une zone de grand inconfort. Nous risquons alors de finir « détournés de nous-mêmes et trafiqués par d’autres comme des moteurs de voitures volées ! » (Christiane Singer).

L’engagement est donc la seule voie possible si nous voulons rester fidèles à la part la plus lumineuse et la plus vibrante de notre être, si souvent menacée dans une société de l’insignifiance, du zapping et du moindre effort. 

La Biodanza, un processus au long cours

Quand le soleil éclaire un arbre, il le fait de tous ses rayons, sans se restreindre ni s’économiser. Quand une rivière s’avance vers l’océan, elle y engage toute son eau, toute sa force: contournant les obstacles en chantant, elle ne rebrousse jamais chemin et arrive tranquillement à destination.

De même, nous autres Biodanseurs, nous sommes engagés dans un processus de transformation au long cours auquel nous apportons chacun notre lumière. Cette transformation est autant individuelle que collective, et tout bon alchimiste sait que si certains ingrédients manquent dans le chaudron, le miracle ne pourra pas opérer.

Ce sera donc partie remise.  La vie est toujours là, disponible. Et ce que nous ne goûtons pas aujourd’hui, nous nous disons que nous le goûterons demain. Sauf que demain ne nous appartient pas et que personne ne sait de quoi il sera fait…

Dans le processus continu du groupe hebdomadaire, les séances s’enchaînent selon la loi de la progressivité afin de faciliter les vivencias de tous. Une séance manquée sera donc une sorte de chaînon manquant dans la fluidité de mon processus.

Aviron rivière Engagement BiodanzaQuant au groupe, embarqué dans son joyeux canoë sur la rivière Vivencia, il se retrouve tantôt à 15, tantôt à 8, avec de temps à autre des rameurs qui s’accrochent à des branches sur la rive, ou cessent de ramer, ou descendent du canoë. Bien sûr, il survit, mais ces fluctuations influencent la vivencia globale de chacun, et l’intégration du groupe.

Participer en conscience

Nous avons pu constater au fil de notre expérience de facilitateurs, que le terme « engagement » est parfois perçu de façon limitée, comme un synonyme des mots « obligation » ou « enfermement ».

Christiane Singer, dans son éclairant « ‘Éloge du mariage, de l’engagement et autres folies », nous ouvre une autre porte en écrivant ceci: « La vraie aventure de  la vie, le défi clair et haut n’est pas de fuir l’engagement mais de l’oser. Libre n’est pas celui qui refuse de s’engager. Libre est sans doute celui qui […] se met en marche, décidé à vivre coûte que coûte l’odyssée, à n’en refuser ni les naufrages ni le sacre, […] prêt à gagner pour finir ce qui n’est coté à aucune bourse : la promesse tenue, l’engagement honoré dans la traversée sans feintes d’une vie d’homme. »

Quelle voix je choisis d’écouter?

Imaginons: nous sommes lundi soir, jour de mon cours de Biodanza, et je sens poindre en moi une non En-Vie, un manque d’En-Train, voire une grosse fatigue. Une voix me chuchote« Prends soin de toi, reste au calme, repose-toi. »  Une autre voix me culpabilise en disant « Tu n’as pas honte! Tu as pourtant pris un abonnement! ». Sous ces voix, souvent pré-conscientes, qu’est-ce qui est réellement à l’oeuvre en moi? Pour le savoir, il me faudra écouter plus intimement, sous la surface des conditionnements et autres croyances limitantes… Je sentirai alors peut-être des peurs, des résistances au processus, une sensatin d’isolement ou encore la force de l’habitude, qui m’invite à déclarer forfait avant même de donner une chance à la résilience en moi.

Biodanza Participation Engagement_Percer à travers l inertieLa fatigue du corps et de l’âme est souvent un mécanisme utilisé par notre mental pour nous anesthésier, pour brider nos élans, nos audaces, nos rêves de liberté!

Alors, quelle voix vais-je écouter? Quelle part de moi vais-je respecter? Devant quelle énergie vais-je m’incliner?

La Biodanza est la résurrection des morts

Qui n’a jamais fait l’expérience de venir danser en arrivant chiffonné, le moral dans les talons, et de ressortir léger, vivant, et le moral au beau fixe?

Qui a dit qu’il fallait être au top de sa forme pour se sentir accueilli, qu’il fallait arborer un grand sourire pour être aimable? Quand je m’expose au partage de mes zones d’ombres, ou même de mes méchants virus, je m’expose à la lumière et à la transformation.

Personnellement, nous avons même vu disparaître sans retour un mal de ventre tenace lors d’une danse de plaisir cénesthésique, et un début d’angine s’arrêter net après une vivencia dans la ligne de l’affectivité.

Rolando Toro, à propos de la marche, ne disait-il pas qu’elle était une « résurrection des morts »? Nous lui adressons un clin d’œil en lançant à notre part paralytique (ou analytique ;-)) : « Lève-toi et marche! ».

Alors, levons-nous et dansons!

 

Print Friendly, PDF & Email

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *